Les différences entre l’ABS et le PLA

Le PLA et l’ABS sont les matériaux auxquels on a le plus recours lors des impression 3D à dépôt de fil fondu (FDM). Comme ce sont des thermoplastiques, ils ramollissent lorsqu’ils sont chauffés et durcissent au refroidissement. Durant le procédé d’impression, ils sont alors fondus et extrudés couche par couche grâce à une buse.

L’ABS est une référence dans l’industrie du moulage par injection. On le retrouve notamment dans différents produits électroménagers ou encore dans les LEGO. Le PLA quant à lui est biodégradable, conçu à base d’amidon de maïs. Il fait partie intégrante de notre quotidien puisqu’on le retrouve notamment dans les gobelets en plastique ou les implants médicaux.

D’une qualité permettant d’imprimer des pièces avec des détails allant jusqu’à 8 millimètres, les matériaux sont très semblables. Toutefois, le PLA est imprimé à plus basse température, ce qui assure une meilleure tenue. Il y aura donc moins de risque que l’objet se déforme et il sera possible d’imprimer des angles complexes plus facilement. En revanche, lors de la post-production, il faudra prendre plus de précautions avec ce matériau car, contrairement à l’ABS, on ne pourra pas utiliser l’acétone pour effacer les stries laissées par le procédé d’impression. On devra donc recourir au ponçage et veiller à ce que cela n’abîme pas la pièce. De plus, l’ABS présente une meilleure résistance que son concurrent.

Le prix ne saurait être un critère de choix, étant donné que les bobines des deux matériaux sont vendues aux alentours de 20€.

Pour synthétiser, on privilégiera l’ABS pour des objets résistants, nécessitant un post-traitement et qui auront une véritable utilisation finale. Le PLA, lui, sera choisi pour imprimer des prototypes rapides ou des maquettes dont le rendu esthétique est important car il est plus simple à imprimer et apporte un meilleur niveau de détail.