Le bois dans l’impression 3D

L’impression 3D est notamment connue pour permettre des réalisations de prototypes en plastiques ou de matériel métallique. Mais il existe une grande diversité de matériaux qui sont compatibles avec cette technologie, et c’est notamment le cas du bois.

Il apparaît important de préciser qu’il ne s’agit pas d’imprimer du bois brut. Lorsqu’on parle d’impressions 3D “bois”, il s’agit d’une matière composée en partie de fibres de bois, ainsi que de plastique. Ce matériau s’utilise en bobines et fait donc appel à la technologie d’impression par dépôt de fil fondu. En raison de ses propriétés très intéressantes, notamment en terme de résistance aux intempéries et au soleil, ce matériau se retrouve principalement dans les bâtiments et le mobilier extérieur.

De la même façon qu’il existe plusieurs plastiques, il existe également différents filaments “bois” qui ont chacun leurs caractéristiques propres. L’un de ces filaments a par exemple la particularité d’être composé de bois recyclé et donc d’être beaucoup plus écologique. Côté prix, ces bobines sont plutôt abordables et le rendu visuel est intéressant car il est très proche du vrai bois. Il est même possible d’adapter le rendu selon ce que l’on souhaite grâce à la température. En effet, plus le bois est extrudé à une haute température, plus il sera foncé. Ce réglage permet donc d’obtenir un bois plus ou moins clair. Et pour ne rien gâcher, lors de l’impression, ce matériau dégage une agréable odeur de bois.

Pour les professionnels, il existe encore une autre technique permettant d’imprimer du bois, qui vient de Suède. Un chercheur a mis au point un matériau à base de cellulose et d’hydrogel qui donne un résultat probant mais surtout, qui est entièrement biodégradable. Ainsi, l’utilisation de cette matière est encore plus écologique.

Cela montre une fois de plus, si c’était nécessaire, que l’impression 3D est une technologie à multiples potentiels et adaptables à de nombreuses problématiques.