Imprimez en 3D grâce aux hologrammes

La dernière technique d’impression en date est appelée impression 3D volumique et a été crée par le LLNL (Lawrence Livermore National Laboratory) et le MIT (Massachusets Institute of Technology). Révolutionnaire, elle consiste à recréer un espace en trois dimensions grâce à des lasers très puissants.

Ainsi, de la résine liquide est stockée dans un bloc transparent avant d’être chauffée par trois lasers, dirigés dans trois directions différentes. En l’espace de quelques secondes, la résine va se solidifier au croisement des lasers. La résine liquide restante est ensuite évacuée, laissant uniquement apparaître l’objet en résine solide. En dix secondes, un objet requérant trois heures d’impression avec les techniques classiques est réalisé.

Le procédé est donc complètement différent de ce qu’on a l’habitude de voir en impression 3D puisqu’il ne s’agit plus de solidifier des couches une par une. Avec l’impression 3D volumique, toutes les parties sont imprimées simultanément.  Cela implique également l’absence de supports, qui ne sont plus nécessaires.

Plus simple et plus rapide, cette nouvelle technologie permet aussi d’exprimer son entier potentiel créatif. Les chercheurs ont notamment pu imprimer des pièces très complexes, avec une grande variété de courbes, caractéristique posant le plus de difficultés en impression 3D.

Dernier avantage et non des moindre, l’impression 3D volumique est à ce jour la plus adaptée aux impressions dans l’espace. C’est cette technologie qui fonctionne le mieux dans un environnement sans gravité. Une grande avancée pour le domaine aérospatial, qui a réalisé il y a peu sa première impression 3D à succès dans l’espace.